Skip links

Quelles sont les 3 choses que les jeunes peuvent faire pour changer les choses ?

Jusqu’à aujourd’hui, il semble qu’on ait surtout pris les jeunes pour des plantes vertes. On les abreuve de savoir, on les sort un peu au soleil, et hocus pocus voilà des bonnes plantes adultes.

On semble oublier que les jeunes ont des jambes, des mains, des bras, une langue et un cerveau capable de les actionner. On semble oublier que les jeunes ne sont pas bons qu’à rester assis sur des chaises, mais qu’ils peuvent aussi agir. Ils ne sont pas bons qu’à apprendre des chiffres sur la pauvreté, la discrimination, et le changement climatique. Ils peuvent aussi les combattre.

Mais de quoi sont-ils capables? Pourquoi sont-ils des acteurs indispensables d’une société meilleure?

 

1) Ils peuvent mobiliser les gens autour d’eux, que ce soit leurs amis, leurs familles, leurs voisins, leurs professeurs, … Comment ? En engageant des conversations, en leurs proposant des actions communes, en leurs demandant de l’aide, en montrant l’exemple, en les incitant à changer leurs habitudes, … Si chaque jeune pousse à l’action quelques personnes de son entourage proche, les effets peuvent être retentissants.

don - bénévolat - homo ethicus - homoethicus - environnement - développement durable - lille

2) Ils peuvent agir directement : les jeunes ont un regard particulier sur leur territoire et ses problèmes. Ils ont l’énergie, la créativité, et l’ouverture d’esprit pour s’en saisir. Par des missions simples, comme organiser une récolte solidaire dans leur établissement, planter des légumes dans des espaces urbains, ou visiter des personnes âgées, eux-aussi peuvent transformer leurs quartiers.

3) Ils peuvent apprendre et se former davantage : les études restent la voie la plus sûre pour ceux dont l’ambition est d’améliorer la vie des gens. Non seulement car apprendre permet de mieux comprendre le monde, mais surtout car des études poussées donnent accès à des postes et des compétences, dont les chances d’avoir un impact positif sont les plus élevées. Ingénieur en énergie solaire, fonctionnaire de l’Assemblée Nationale, chercheuse en biosciences, médecin, infirmier, …Ces métiers indispensables demandent de longues années de spécialisation après le bac.

“Est-ce que tu as mobilisé ton entourage? Est-ce que tu as agi directement? Est-ce que tu as appris?” Telles sont les questions qui devraient être posées au baccalauréat, au concours des écoles de commerce, ou au grand oral de l’Ena.
Le jour où tous les jeunes pourront répondre par l’affirmative, le monde sera entre de bonnes feuilles.

 

déchets - homo ethicus - homoethicus - environnement - développement durable - lille

Laisser un commentaire

Name*

Website

Commentez !